For the complete experience, please enable JavaScript in your browser.
FormesFormesFormes
Copyright © 2009 - All rights reserved.
Formes
Formes
Eclats de rêves
fondr.jpglogo.png
Lîle aux Antiennes doit son nom à une population qui l'occupât pendant près de 500 ans avant de disparaître pour des raisons inconnues. Elle est située au milieu d'un vaste océan, et la plus proche terre est à plusieurs jours de navigation. L'île est vaste, peuplée d'animaux discrets et d'une multitude d'oiseaux sur ses falaises. Elle offre une variété de paysages et de climats au gré des vallons, plaines et montagnes qui la constituent. Sur sa partie nord subsistent les restes dun ancien volcan. Lorsque les Abouteurs y débarquent, elle paraît une terre vierge de toute présence humaine. Les restes de la civilisation Antienne ont depuis bien longtemps été avalés par la végétation abondante. Les Abouteurs, dans un premier temps, vont délaisser la mer et les grandes plaines pour s'installer au centre de l'île, dans les petites forêts. Puis avec le temps ils vont s'implanter dans toutes les zones de l'île. Durant l'âge d'or de cette civilisation sur l'île aux Antiennes, le territoire est parcouru de routes de terre et de pierres, et couvert de multiples hameaux et cités florissantes qui se sont adaptés à chaque particularité du paysage. L'implantation des Abouteurs est tellement profonde et interpénétrante qu'elle va avoir un impact inattendu sur l'île. Les centres, profondément ancrés dans le sol, vont produire une modification sensible de la terre en elle-même. Dès lors, l'ensemble de l'île accusera des changements de plus en plus importants avec le temps.
L'île aux Antiennes
ruines2.jpg
Ces changements vont se faire sentir plus particulièrement après la disparition des Abouteurs, lorsque tout contrôle aura déserté les centres. La géographie, en premier, va être affectée, puis la population animale de l'île subira ses effets. Le temps, enfin, se modifiera à linstar de tout ce qui gravite autour de ce morceau de terre. Après la disparition de la civilisation Abouteur, l'île va rester vierge de toute population pendant 300 ans. Les troupes qui l'ont ravagé sont reparties, fuyant l'arbre-maître et les hallucinations qu'il provoquait. Peu à peu, l'île tombe dans l'oubli. On n'en entend plus parler que dans de vieilles légendes sur les continents. De petits groupes vont y aborder, poussés par le besoin de fuir des gouvernements trop oppressifs. Ils vont découvrir les vestiges des cités des Abouteurs, et les restes des centres. Face à l'arbre, ils vont, après plusieurs générations, entreprendre d'établir une construction afin de canaliser la forte déferlante d'images communicatives. Le bâtiment est immense, à la mesure de l'arbre en lui-même. Les restes des habitations sont utilisés pour le construire. Les branches de l'arbre également, destinées à terme à remplacer l'armature périssable de l'ensemble. Dans son tronc gigantesque, ces gens vont insérer des objets dont ils ont amené avec eux le secret de fabrication. Associé aux propriétés du tronc, ces miroirs vont prendre une identité propre, et servir de base de communication entre les hommes et l'arbre. Le temps passant, les communications se firent lointaines. La crainte finit par revenir chez les hommes, qui s'effrayent de la moindre des visions suscitées par l'arbre et, avant de prendre la fuite, cherchent à détruire la cause de leurs frayeurs. Ils ne réussissent qu'à briser l'un des miroirs créés par leurs ancêtres, et à provoquer une intense douleur pour l'arbre.
serre3.jpg
Dès lors, aucune des peuplades abordant l'île et atteignant les ruines du Foyer n'y reste longtemps, affolée par les déferlantes que l'arbre propulse sur l'ensemble du territoire. Les années vont passer, se comptant par centaines. Lorsque Raïlyan arrive sur l'île, l'arbre depuis longtemps s'est comme endormi. Il a donc tout le loisir de remonter les anciens sentiers et de traverser la végétation de l'île. Son arrivée dans le sanctuaire va le réveiller. Dès lors, l'arbre va entreprendre de tisser une toile autour du vieillard, le retenant de plus en plus et déployant tous les moyens à sa disposition pour l'empêcher de repartir.
carte-1.png
Réalisation Web & PAO, textes, illustrations : Maïwenn Soler ; Illustration : Miguel Coimbra ; Photo : Gilles Ditmann
Illustration : Marianne Pasty